La recherche pour les peaux noires et mates

La recherche pour les peaux noires et mates

Besoin d'aide ?

Produits éclaircissant : conséquences et alternatives

1 commentaire(s)

Produits éclaircissant : conséquences et alternatives

 

Dépigmentation de la peau noireVous la connaissez peut être sous le nom de «xeesal», «leeral»,  «akonti», «ambi», «tcha», ou encore «bojou». La dépigmentation volontaire correspond à l’utilisation cosmétique de produits dépigmentants pour éclaircir la peau dans un but « esthétique ». Ce phénomène est encore aujourd’hui une réalité, souvent inavouée.

Qu’ils soient naturels ou synthétiques, ces produits peuvent se révéler néfastes pour la santé humaine. Parmi les plus dangereux, l’hydroquinone et les corticoïdes sont sur les deux premières marches du podium. Principalement disponibles à des fins médicales pour des pathologies cutanées, ces deux actifs peuvent faire l’objet d’un marché parallèle illicite. Pire encore, ils peuvent être cachés de l’utilisateur dans des produits cosmétiques ne respectant pas les normes réglementaires en vigueur. Il arrive aussi parfois que la concentration de l’actif indiquée sur l’emballage soit volontairement falsifiée.

Pour exemple, une campagne d'analyse menée en 2006 sur 60 produits cosmétiques commercialisés dans les magasins et salons de coiffure africains en Suisse a dévoilé que 75 % étaient non-conformes du fait de la présence de substances interdites ou de dépassement de la teneur maximale établie par la législation en vigueur. De plus, en 2009 et 2010, l’Afssaps et la DGCCRF ont procédé à une campagne nationale de contrôle du marché des produits dépigmentants. Les analyses ont été effectuées sur plus de 160 produits et ont mis en évidence environ 30% en 2009 et 40% en 2010 de produits non conformes à la réglementation des produits cosmétiques et dangereux pour la santé en raison de la présence de substances interdites (majoritairement de l’hydroquinone et des corticoïdes).

 

 

Quels sont les dangers des crèmes éclaircissantes ? 

Les effets indésirables liés à l’utilisation de ces actifs sont majoritairement cutanés. Souvent, la dépigmentation est non uniforme et la couleur de peau est jaunâtre. Lorsqu’ils sont utilisés sur des grandes surfaces, surtout en condition humide, il y a un risque d’effets systémiques de part une absorption des actifs plus importante. Au long cours, ces effets peuvent avoir de graves répercussions sur la santé humaine et même conduire à un décès prématuré.

 

Voyons en détails les complications spécifiques des actifs dépigmentants…

éclaircissement de la peau noire

 

Les actifs dépigmentants peuvent causer entre autre des boutons d'acné, des vergetures, des taches noires, des poils au visage, des problèmes oculaires etc.

 

 

Les actifs dépigmentant interdits en Europe dans les produits cosmétiques

 

Hydroquinone : hydroquinone, méquinol

Corticoïde : clobétasol propionate, bétaméthasone dipropionate, bétaméthasone valérate, acéponate d'hydrocortisone, difluprednate, fluticasone, désonide, hydrocortisone butyrate, diflucortolone valérate, amcinonide, fluocinolone acétonide, fluocortolone, hydrocortisone

Dérivé mercuriel : chlorure mercurique, chlorure mercureux, oxyde de mercure, chloramidure de mercure, thiosalicylate d'éthylmercure sodique (thiomersal), propionate phénylmercure

Rétinoïde : adapalène, isotrétinoïne, trétitinoïne 

 

Comment reconnaître une crème éclaircissante ? 

L'hydroquinone

 

Cutanée

L’hyperchromie périorbitaire « en lunette », qui est une hyperpigmentation autour des yeux est l’une des manifestations les plus fréquentes.

Lors d’une utilisation prolongée, l’apparition paradoxale d’un hyperpigmentation peut également s’observer au niveau des zones exposées au soleil. Connu sous le nom d’ochronose exogène, ce désordre pigmentaire rend la peau rugueuse et épaisse. Il peut aussi s’associer à une pigmentation bleu gris du pavillon de l’oreille. L’apparition de gros boutons dits « nodulaires » est également observé dans de nombreux cas.

De plus, l’hydroquinone est toxique pour la cellule et entraine la mort des mélanocytes. Les fibres de collagène perdent leur élasticité ce qui donne à la peau un aspect « frippé » et entraine une mauvaise cicatrisation
odeur produits éclaircissant

Systémique

Au niveau oculaire, des cas de cataractes ont été répertoriés.

Des risques de cancer cutanés sont suspectés.

Grossesse et allaitement

L’hydroquinone est soupçonner d’être mutagène (c’est à dire qu’il pourrait provoquer des changement au niveau de l’ADN à l’origine de développement de cancers).

Corticoïdes

 

Cutanée

Les corticoïdes diminuent le système immunitaire, qui permet de nous protéger contre les différentes infections. Ainsi, la peau est bien plus vulnérable aux agressions microbiologiques. Le risque d’infections fongiques, bactériennes ou virales est accru et leur virulence majorée. De plus, l’application de corticoïdes fragilise la peau : il est fréquent de constater l’apparition de larges vergetures et un amincissement cutané, laissant apparaitre le réseau vasculaire, et à l’origine d’une mauvaise cicatrisation.

 

D’autres effets indésirables cutanés peuvent également apparaître :

-    acné  pustuleux

-    eczéma de contact

-    hyperpilosité

-    plaque de boutons autour de la bouche

-    paupières très claires, rouges et fragilisées

dangers des produits a base de corticoide

 

Systémique

Au delà de ces effets cutanés, des effets systémiques peuvent également s’additionner si l’utilisation est prolongée.

Un dérèglement hormonal, appelé syndrome de Cushing, s’observe par une obésité chronique du haut du corps et un faciès gonflé. Cette dérégulation hormonale peut aussi se manifester par des menstruations irrégulières.

L’hypertension artérielle, le diabète et la fragilisation osseuse sont également la résultante d’une application intensive de corticoïdes.

Au niveau ophtalmique, il existe des risques de glaucomes et de cataractes.

Grossesse et allaitement

Le risque de complications fœtales et obstétricales est évoqué, notamment avec un faible poids de naissance et une prédisposition pour l’enfant à développer des troubles cardiovasculaires, métaboliques ou neuroendocriniens. Aussi, un risque de mauvaise cicatrisation de césarienne chez la mère est également évoqué.

Dérivés du mercure

Cutanée

Les allergies sont les manifestations cutanés les plus fréquentes. Le dépôt de mercure dans la kératine  entraîne également une décoloration et une fragilité des ongles. Au long cours, ils entrainent une hyperpigmentation paradoxale due à l’accumulation du mercure dans le derme.

Systémique

Les principales atteintes se situent au niveaux rénales, entrainant un risque d’insuffisance rénale terminale. Un effet neurotoxique a également pu être constaté.

 

Grossesse et allaitement

Les dérivés du mercure peuvent ralentir le développement cérébral du fœtus et du nourrisson provoquant des risques d’intoxication chez le nouveau-né.

Remarque : Seule l’éthylmercure sodique (thiomersal) et le phénylmercure sont autorisés en tant qu’agents conservateurs à une concentration ne dépassant pas 0,007% en mercure (propriétés bactériostatiques).

 

Rétinoïdes (dérivés vitamine A acide)

 

Les principaux effets indésirables retrouvés avec les rétinoïdes sont situés au niveau cutané :

-    brûlures

-    picotements

-    érythème

-    sécheresse

-    desquamation

 

Les actifs dépigmentant autorisés mais à utiliser avec précaution

 

Acide azélaïque : démangeaison, brûlure, douleur, sécheresse

Acide glycolique : risque d'hyperpigmentation chez les peaux foncées, brûlures, sécheresse

Arbutine : risque de mélanotoxicité par une transformation rapide en hydroquinone dans l'organisme

Acide Kojique : risque d'allergies et d'irritations sévères : restrictions d'utilisation sur peau lésée et sur de grandes surfaces de peau

 

Conduite à tenir et les solutions du Laboratoire IN’OYA

Bien sûr, il est important d’effectuer un arrêt immédiat des produits suspectés à l’exception des corticoïdes où l’arrêt devra être progressif (du fait de la corticodépendance). Le médecin sera d’ailleurs souvent amener dans un premier temps à prescrire des corticoïdes de plus faible intensité.

 Si un ou plusieurs symptômes, cutané ou général, cité précédemment est constaté; un avis médical est fortement conseillé.

Dans tous les cas, une protection solaire stricte doit être effectuée chaque jour car la peau est lésée par les cosmétiques éclaircissant et le soleil risque d’aggraver les lésions. Mon Fluide Solaire SPF 50 SUN’OYA® permet une protection optimale garantie 0% de traces blanches même sur les peaux les plus foncées.

Il est également essentiel d’éviter les frottements qui entrainent une fragilisation de la peau.

Pour résoudre les problèmes de taches dus à la dépigmentation, le laboratoire IN’OYA à mis au point une gamme sur-mesure pour les peaux noires, mates et métissées.

Un futur sans taches : gamme MEL’OYA®

Le produit phare, Mon sérum « anti-taches » MEL’OYA®, permet de réguler la synthèse de pigments mélaniques, à l’origine de la couleur brune de la peau, et d’activer le renouvellement cellulaire. En 28 jours, les taches sont visiblement atténuées et le teint unifié. Les autres produits de la gamme : les soins de jour et le lait pour le corps permettent de pérenniser l’action du sérum. Ils sont à utiliser en complément lors d’une cure de traitement et à utiliser seul pour prévenir l’apparition de nouvelles taches.   

Pour lire la totalité de cet article, connectez-vous ou inscrivez-vous au CLUB OYA !


Voir le contenu complet de cet article

Ajouter aux favoris
Commentaires

Aurélie Elloh - 06/08/18 à 16:53

Article très intéressant merci. Par ailleurs j'aimerais savoir en quoi est ce que les éclaircissants naturels sont dangereux. Merci.


POSTER VOTRE COMMENTAire